Mère Thérésa

Le testament de Mère Teresa de Calcuta

Mes enfants très chers, Sœurs, Frères et Pères, Cette lettre étant très personnelle, j’ai voulu l’écrire de ma propre mains, mais il y atant de choses à dire… Mais même si elle n’est pas de ma main, elle sort de mon cœur ! 

Jésus veut que je vous dise encore – surtout en cette Semaine Sainte – combien il a d’amour pour chacun d’entre vous, au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. Je m’inquiète de ce que certains d’entre vous n’aient pas encore vraiment rencontré Jésus – seul à seul – : vous et Jésus seulement. Nous pouvons certes passer du temps à la chapelle, mais avez-vous perçu – avec les yeux de l’âme – avec quel amour il vous regarde ? Avez-vous vraiment fait connaissance avec Jésus vivant, non pas à partir de livres mais pour l’avoir hébergé dans votre cœur ? Avez-vous entendu ses mots d’amour ? Demandez la grâce : il a l’ardent désir de vous la donner. Tant que vous n’écouterez pas Jésus dans le silence de votre cœur, vous ne pourrez pas l’entendre dire « J’ai soif » dans le cœur des pauvres. N’abandonnez jamais ce contact intime et quotidien avec Jésus comme personne réelle vivante, et non pas comme pure idée. Comment pourrions-nous passer un seul jour sans écouter Jésus dire « Je t’aime »… C’est impossible ! Notre âme en a besoin autant que notre corps a besoin de respirer. Sinon, la prière meurt et la méditation dégénère en simple réflexion. Jésus veut que chacun de nous l’écoute, lui qui vous parle dans le silence du cœur. Soyez attentifs à tout ce qui pourrait empêcher ce contact personnel avec Jésus vivant. Le diable essaiera de se servir des blessures de la vie, voir de vos propres fautes pour vous persuader qu’il n’est pas possible que Jésus vous aime réellement. Attention : ceci est un danger pour nous tous. Mais le plus triste est que cela est complètement contraire à ce que Jésus voudrait et attend de vous dire. Pas seulement qu’il vous aime, mais davantage : qu’il vous désire ardemment. Vous lui manquez quand vous ne vous approchez pas de lui. Il a soif de vous. Il vous aime en permanence, même quand vous ne vous en sentez pas dignes. Lorsque vous n’êtes pas acceptés par les autres – ou même parfois par vous-même – il est celui qui, toujours, vous accepte. 

Mes enfants, vous n’avez pas à être différents (de ce que vous êtes dans la réalité) pour que Jésus vous aime. Croyez simplement que vous lui êtes précieux. Apportez vos souffrances à ses pieds et ouvrez seulement votre cœur pour qu’il vous aime tels que vous êtes. Et lui fera le reste.  Chacun de vous sait, en sa conscience, que Jésus l’aime, mais, avec cette lettre, je voudrais plutôt m’adresser à votre cœur. Jésus désire remuer nos cœurs pour ne pas perdre notre premier amour, spécialement à l’avenir, quand je vous aurai quitté.  C’est pourquoi, je vous demande de lire cette lettre devant le Saint-Sacrement, là même où elle est écrite, afin que Jésus lui-même puisse parler à chacun de vous.  Pourquoi vous dis-je cela ? La lettre du Saint-Père sur « J’ai soif » m’a tellement frappée que j’aurais du mal à vous dire ce que j’ai ressenti. Cette lettre m’a permis de découvrir encore davantage la beauté de notre vocation. Combien est grand l’amour de Dieu envers nous pour qu’Il ait choisi notre Société (Congrégation) afin d’étancher cette Soif de Jésus – soif d’amour, soif d’âmes – en nous donnant une place spéciale dans son Eglise.  

Et en même temps, nous rappelons au monde cette Soif, en passe d’être oubliée. J’ai écrit au Saint Père pour le remercier. Cette lettre du Saint Père est un signe dans cette « grande soif que Jésus » éprouve pour chaque être humain. C’est aussi un signe pour moi, signe que le temps est venu de parler ouvertement du don fait par Dieu le 10 septembre : d’expliquer – autant que je le puis – ce que signifie pour moi la Soif de Jésus. Pour moi, la Soif de Jésus est une chose si intime, que, jusqu’à présent, la timidité m’a empêché de vous parler de (ce qui arriva à ce sujet un) 10 septembre. Je pensais imiter ainsi Notre Dame qui « gardait toutes ces choses dans son cœur ». C’est pourquoi je n’ai pas tellement parlé du « J’ai soif », en particulier en public. Pourtant mes lettres et instructions la désignent toujours, montrant les moyens d’étancher cette Soif par la prière, l’intimité avec Jésus et le respect de nos vœux, surtout le quatrième. Pour moi, il est très clair que tout chez les Missionnaires de la Charité (M.C.), vise uniquement à étancher (la Soif de) Jésus. Ses paroles, écrites sur le mur de toute chapelle M.C., ne sont pas passées, mais vivantes, ici et maintenant, dites pour vous. Le croyez-vous ? Si oui, vous entendrez et vous sentirez sa présence. Laissez-le devenir aussi intime en vous qu’il l’est en moi ; ce sera la plus grande joie que vous puissiez m’offrir. J’essaierai de vous aider à comprendre, mais c’est Jésus lui-même qui est seul à pouvoir vous dire « J’ai soif » ! Ecoutez votre propre nom. Et pas seulement une fois. Chaque jour. Si vous écoutez avec votre coeur, vous entendrez, vous comprendrez. Pourquoi Jésus dit-il « J’ai soif ! » ? Quel en est le sens ? Il est très difficile à expliquer avec des mots… Pourtant, si vous deviez retenir une seule chose de cette lettre, que ce soit ceci : « J’ai soif » est une parole beaucoup plus profonde que si Jésus avait simplement dit « Je vous aime ». Tant que vous ne saurez pas, et de façon très intime, que Jésus a soif de vous, il vous sera impossible de savoir celui qu’il veut être pour vous ; ni celui qu’il veut que vous soyez pour lui. Le cœur et l’âme des M.C. consiste exclusivement en ceci : La Soif du Cœur de Jésus, caché dans les pauvres. Voilà la seule source de tout ce qui fait la vie des M.C. Cela vous donne, et notre but et notre quatrième vœux, et l’esprit de notre Congrégation. Etancher (la Soif de) Jésus vivant parmi nous est la seule raison d’être de cette Congrégation et son unique objectif. Dites, pouvons-nous en dire autant de nous-mêmes, à savoir que cela est notre seule raison de vivre ? (Pour le savoir) posez-vous donc la question suivante : à supposer que la Soif de Jésus ne soit plus notre but et ne soit plus inscrite au mur de notre chapelle, est-ce que cela entraînerait une quelconque différence dans ma vocation et dans ma relation avec Jésus et dans mon travail ? Cela changerait-il quelque chose à ma vie ? En ressentirai-je une quelconque perte ? Posez-vous ces questions honnêtement et que, pour chacun, ceci soit un test pour découvrir si la Soif de Jésus est une réalité vivante (dans sa vie) et pas simplement une belle idée… « J’ai soif » (Jn 19,28) et « C’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,30) : rappelez-vous toujours qu’il faut lier ces deux (paroles), c’est-à-dire le moyen avec le but. Que nul ne sépare ce que Dieu a uni. 

Ne sous-estimez pas nos moyens si concrets – le travail pour les pauvres, aussi petit ou humble qu’il soit – qui font de notre vie une chose si belle aux yeux du Seigneur. Ce sont les dons les plus précieux de Dieu à notre Congrégation, à cause de cette présence cachée mais si proche de Jésus, si capable de nous toucher. 

Dans notre travail pour les pauvres, notre but disparaîtrait, et la Soif de Jésus se réduirait à des mots vides de sens et de réponse. Mais en unissant les deux, notre vocation de M.C. restera vivante et réelle, telle que Notre Dame l’a demandé. 

Soyez aussi avisés dans le choix des prédicateurs de retraite. Tous en effet ne comprennent pas bien notre esprit. D’ailleurs, même s’ils étaient savants et saints, cela n’impliquerait pas pour autant qu’ils perçoivent forcément bien notre vocation. Par ailleurs, s’ils venaient à vous dire quelque chose de différent de ce que j’écris dans cette lettre, je vous supplie de ne pas les écouter, ni de les laisser vous plonger dans la confusion. La Soif de Jésus est le foyer, le point de convergence, le but de tout ce que sont et font les Missionnaires de la Charité.  L’Eglise l’a confirmé plusieurs fois : « notre charisme est d’étancher la Soif de Jésus, Soif d’amour pour les âmes, en travaillent au salut et à la sanctification des plus pauvres parmi les pauvres ». Cela, et rien que cela. Rien d’autre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger ce don de Dieu à notre Congrégation.  

Chers enfants, faites-moi confiance et soyez très attentifs à ce que je vous dis maintenant : seule la Soif de Jésus, accompagnée de notre écoute et notre recherche et de notre réponse très cordiale, seule cette Soif gardera notre Congrégation vivante après que je vous aurai quittés. Si elle constitue le fond de votre vie alors tout ira bien pour vous. Un jour je vous aurai quittés, mais la Soif de Jésus ne vous quittera jamais. Jésus assoiffé dans les pauvres, vous l’aurez toujours avec vous. C’est pourquoi je veux que les Sœurs actives et les Frères actifs, les Sœurs contemplatives avec les Frères et les Pères s’aident mutuellement à rassasier Jésus (à étancher sa Soif) au moyen de leurs dons respectifs : en se soutenant, en se complétant les uns les autres, de sorte que vous formiez une famille (unie) autour de ce (seul) but et de cet objectif (unique). 

Veillez à ne tenir les Coopérateurs, ni les laïcs M.C., à l’écart de cette demande, car cette vocation est aussi la leur. Aidez-les plutôt à la connaître.  Parce que le premier devoir du prêtre est le ministère de la prédication, j’ai demandé, il y a quelques années à nos Pères, de commencer à prêcher sur ce thème : « J’ai soif ! » pour entrer plus avant dans le don que Dieu nous a fait le 10 septembre. Et comme je sens bien que Jésus désire beaucoup cela d’eux, dans les temps à venir, priez donc Notre Dame de les garder attentifs à cet aspect important de leur quatrième vœu. Notre Dame nous aidera tous à demeurer fidèles puisqu’elle fût – avec Saint Jean, et, j’en suis sûr, Marie Magdeleine – la première personne à entendre ce cri de Jésus « J’ai soif ! ». 

Etant au Calvaire, elle connaît l’intensité et la profondeur de cet ardent désir de Jésus pour vous et pour les pauvres. Mais nous autres, le connaissons-nous… ? Le sentons-nous comme elle ? Demandez-lui de vous l’apprendre car vous et toute la Congrégation êtes à Elle. Sa mission est de vous amener à regarder en face l’amour du Cœur de Jésus crucifié comme cela arriva à Jean et Madeleine. 

Auparavant, Notre Dame me le demandait mais maintenant c’est moi qui, en son nom, vous le demande, vous en supplie : « écoutez la Soif de Jésus ». Que cela soit pour chacun ce que le Saint Père dit dans sa lettre : une Parole de Vie. 

Comment vous approcher de la Soif de Jésus ? Un seul secret : plus vous viendrez à Jésus, mieux vous connaîtrez sa soif. « Repentez-vous et croyez (en l’Evangile » nous dit Jésus. De quoi faut-il nous repentir ? De notre indifférence, de notre dureté de cœur. Et que faut-il croire ? Que Jésus a soif, dès maintenant de votre cœur et des pauvres. Lui qui connaît votre faiblesse, désire néanmoins seulement votre amour : il veut simplement que vous lui laissiez une chance de vous aimer. Il est le Maître du temps. Chaque fois que nous nous approchons de lui, il nous associe à Notre Dame, à Saint Jean, à Marie-Madeleine. 

Ecoutez-le. Ecoutez-le prononcer votre propre nom. 

Et ainsi faites que ma joie, et la vôtre, soient complètes. 

Prions. Et que Dieu vous bénisse.


Designed by: Pierre Samaha
e-mail: pierre-samaha@hotmail.com